Venues


Chapel Marie-la-Misérable, Woluwé-Saint-Lambert

 

L'élégante petite chapelle de Marie-la-Misérable (gothique, XIVe siècle) est le siège d'une légende pieuse composée par un hagiographe brabançon au XVe siècle et illustrant la vie tragique d'une pauvre recluse injustement condamnée à mort. Edifiée en style gothique au XIVe siècle, elle fut longtemps la propriété des seigneurs de Stockel, dont le plus prestigieux représentant, Georges Kieffelt, s'y fit inhumer. Le marquis de la Boïssière-Thiennes la donna en 1922 à l'ordre des Assomptionnistes qui la gère encore aujourd'hui. La chapelle et le petit ermitage voisin ont été classés en 1959.

Elle est constituée d’un seul vaisseau percé de deux fenêtres et d’une abside en trois pans ajourés. Une arcade triomphale sépare le chœur de la nef et retombe sur des chapiteaux dont l’un est encore orné de feuilles de choux frisés (gothique brabançon). La clôture du chœur, les stalles, la balustrade du jubé et la chaire de vérité en style baroque forment un ensemble homogène du 17e siècle. La pièce d’art la plus précieuse de la chapelle est sans aucun doute le retable en forme de triptyque datant de 1609 qui propose l’image de Notre-Dame (mystères douloureux) et six épisodes de la vie de Marie la Misérable.

 HOME

 INDEX

 LINKS

 PAGE UP

VENUES